C.S. Lewis, sur la liturgie : “Je crois que notre rôle de laïcs est de prendre ce qu’on nous donne. Et, à mon avis, nous devrions trouver ça plus facile si ce qu’on nous donne est toujours et partout la même chose. […] Chaque office religieux est une structure composée d’actes et de paroles à travers lesquels nous recevons un sacrement, nous nous repentons, nous adressons des requêtes à Dieu ou encore nous l’adorons. Et l’office nus permet de faire ces choses – si vous préférez, il fonctionne au mieux – lorsque sa structure nous est suffisamment familière pour que nous n’ayons plus besoin d’y réfléchir. Tant qu’on prend garde à ses pas et qu’on les compte, on ne danse pas. Une bonne chaussure est une chaussure qu’on ne sent pas. Une bonne lecture n’est possible que lorsqu’on n’a pas besoin de réfléchir consciemment à sa vue, à la lumière, à la typographie ou à l’orthographe. Le service religieux parfait serait celui où on en a pratiquement plus conscience, notre attention étant tournée uniquement vers Dieu.”

C.S. Lewis dans Lettres à Malcolm

Leave a Reply