Les cassiques : Larry Norman – Upon This Rock

M on enfance a été bercée par les 45 tours de mon père, parmi lesquels on compte “Upon This Rock” de Larry Norman. L’album, sorti en 1969, pourrait être considérée comme le premier album de rock Chrétien. C’est le début de l’industrie de la musique chrétienne aux Etats Unis… mais l’album est un échec commercial. Cependant le mouvement contre-culturel (hippie) l’adopte en raison de l’approche originale de l’auteur, en dehors des sentiers battus et des formes habituelles de la musique chrétienne, qui réussit à exprimer le message évangélique d’une manière adaptée à ce public.

L’auteur explique :

“Upon This Rock” était écrit pour se tenir en dehors de la culture Chrétienne. J’ai essayé de créer des morceaux qui ne s’adressaient pas à un public acquis d’avance.Larry Norman

“Upon This Rock” était écrit pour se tenir en dehors de la culture Chrétienne. J’ai essayé de créer des morceaux qui ne s’adressaient pas à un public acquis d’avance. Je voulais montrer la flexibilité de l’évangile, et le fait qu’il n’y avait pas de limite à la façon dont Dieu pouvait être présenté. J’ai cherché à utiliser le plus possible d’humour corrosif et de sarcasme, ce qui n’était pas un aspect traditionnel dans la musique chrétienne. […] Mes morceaux n’étaient pas écrits pour des chrétiens. Ce n’était pas un album chrétien pour des croyants qui voulaient que tout soit dit en toutes lettres. […] Je disais aux chrétiens : “Je vais présenter l’évangile, mais je ne vais pas le dire comme vous vous y attendez Cet album n’est pas pour vous.

Son attitude iconoclaste lui valut d’être conspué par les figures de proue de l’évangélisme américain du moment, comme Jimmy Swaggart qui déclara qu’il s’agissait de “la nouvelle pornographie” (un sujet sensible pour lui, malheureusement, comme on l’apprit par la suite) ; de fait la radicalité du musicien transparaît et dérange, l’album est tout sauf consensuel. Peu de musiciens chrétiens oseraient sortir aujourd’hui un morceau avec pour titre Je ne crois pas aux miracles (“I don’t believe in miracles”). Les textes sont à la fois grinçants et poétiques, marqués par une radicalité brute qui les démarquent des flots d’albums de louange tous pressés dans le même moule.

Les merveilles de la technologie aidant, l’album est disponible à l’écoute sur deezer et sur spotify.

 

 

Leave a Reply